La “Pallofe”

La “pallofe” est un méreau frappé sur un flan de laiton très mince (comme une peau : “pell” en catalan). Elle est appelée “pellofe” en Catalogne Sud, “pallofe” en Catalogne Nord, “pellofa” en Espagne). Elle jouait le même rôle qu’un méreau c’est-à-dire un contrôle de l’assiduité des chanoines aux offices.

Elles étaient distribuées au début des services religieux à ceux qui y assistaient. Au début des offices, chaque bénéficiaire recevait un méreau ou “pallofe” qu’il échangeait ensuite contre des espèces. Devant la pénurie des monnaies, à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, les “pallofes” furent acceptées comme de véritables monnaies chez les boulangers, bouchers, etc. Monnaies de nécessité, les “pallofes” sont connues en une centaine de variétés environ.

Bien que des auteur antérieurs mentionnent Ille comme lieu probable d’émission de “pallofes”, les premiers exemplaires ne furent décrits que fin 1906 par Massot, Durand et Puig

Pour Ille, on connaît deux types basiques, l’une avec Saint-Etienne droit, avec la palme du martyr à la main, et l’autre avec la Vierge et l’enfant . Les deux figurines sont placées entre les lettres IL et LA , ce qui ne laisse aucun doute quant à l’origine.

On remarque aussi que les deux “pallofes” correspondent aux deux églises, l’église Santa Maria la Rodona pour la Vierge à l’enfant, et l’église Saint-Etienne.

Les auteurs décrivent aussi une variante du type de la vierge, avec une contremarque consistant en une palme semblable a celle de l’autre exemplaire, ce qui donne à penser que les pièces de la Vierge sont de Santa Maria la Rodona, les autres de Saint Etienne, et les contremarquées proviendraient de l’ancienne paroisse et réutilisées par Saint-Etienne.

Les exemplaires qui sont parvenus jusqu’à nous sont, pour la majeure partie, taillés par moitié ou par quart, probablement pour éviter de refrapper des pièces divisionnaires, ou par manque de matière première.

Description
On distingue Saint Etienne tenant la palme du martyre dans la main droite. Au-dessus, l’auréole de la sainteté est environnée de pierres qui représentent son exécution, la lapidation. On y lit aussi les deux premières lettres d’Illa : I.L

Autres “pallofes”

  • Pellofa de 2 sueldos de la iglesia de Sant Sever, Barcelona
  • Pellofa de 3 sueldos de la iglesia de la Pietat, Vic
  • Pellofa de la basílica de Santa Maria, Vilafranca del Penedès